Accès gratuit
Editorial
Numéro
Perspectives Psy
Volume 47, Numéro 3, juillet-septembre 2008
Page(s) 213 - 214
Section Editorial
DOI https://doi.org/10.1051/ppsy/2008473213
Publié en ligne 15 juillet 2008

Les travaux de Mrs Bick qui dans les années 1960, introduisit l’infant observation dans le cursus de formation de la British Psychoanalytical Society, sont devenus une puissante source d’inspiration pour les psychothérapies analytiques contemporaines. L’observation du bébé selon Esther Bick se retrouve en effet aux sources de deux mouvements évolutifs du champ psychanalytique. D’une part, l’attention des cliniciens est portée vers les débuts de la vie psychique dont les frontières sont repoussées jusque vers les états pré-nataux (Prat, 2005). Le regard se porte ainsi vers le plus archaïque, une exploration qui fait suite à celles de Klein et de Bion, ou qui accompagne et se continue dans les travaux de Meltzer et Lebovici. L’approche développée au siècle dernier par la psychanalyste britannique Esther Bick (1902-1983) propose, par une écoute attentive du non-verbal, une plongée subjective dans la vie psychique des enfants sans langage. La formation à l’observation selon la méthode d’Esther Bick comme ses applications thérapeutiques s’appuient sur trois temps. Un premier temps où l’observateur reçoit ce qu’il perçoit de l’enfant en relation avec son entourage, un temps où se joue la subjectivité de l’observation, un second temps d’écriture où se joue la subjectivité du souvenir, un troisième temps d’élaboration de ce matériel dans un groupe où circule l’association libre.

L’enseignement d’E. Bick est regroupé dans le livre de notre confrère Michel Haag.

D’autre part, et c’est le second mouvement, le champ psychanalytique est étendu. Cette approche attire actuellement des milieux s’occupant de la petite enfance aussi divers que des crèches associatives, entres d'action médico-sociale précoce (CAMSP), centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI), CMPP, CMP et Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP). Et de nombreuses xpériences d’applications thérapeutiques sont tentées (Prat, 2005), en particulier dans des dispositifs de soins partagés avec la PMI (Roquette et al., 2005).

On trouve la méthode E. Bick au programme de congrès internationaux comme celui de l’International Association of Child and Adolescent Psychiatry and Allied Disciplines ou de la World Association of Infant Health. Enfin, elle inspire le dialogue avec les neurosciences dans les entreprises récentes comme le colloque du Groupe d’Études et de Recherches Psychanalytiques pour le Développement de l’Enfant et du Nourrisson (GERPEN) ou le colloque Psychanalyse et Neurosciences organisé par notre confrère Sylvie Tordjman le 19 décembre à Rennes.

Perspectives Psy accueillera dans ses prochains numéros plusieurs dossiers concernant les approches analytiques dont l’un fera état d’un colloque tenu à Compiègne sur l’approche E. Bick et l’accueil des jeunes enfants par l’Association Grandir ensemble.

Références

  1. Prat R. Panorama de l’observation du bébé selon la méthode Esther Bick dans les pays francophones. Devenir, 2005, 1 (17) : 55-82.
  2. Rochette J, Mellier D, Grisi S, Marandet A. « Chasse aux papillons » dans le postpartum immédiat. Perspectives Psy, 2005, 44 (5) : 394- 399.
  3. Haag M. La méthode d’Esther Bick pour l’observation régulère et prolongée d’un tout-petit au sein de sa famille. Autoédition, 18 rue É. Duclaux, 75015 Paris, 454 p.

© EDK, 2010

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.